Benedict Wheeler, alias "Ultra Romance"

The Adventure Dispatch: Ultra Romance

Avec l’avènement du bikepacking et du gravel, ainsi que de leur cousin plus tranquille le cyclotourisme, toute une culture de la découverte du monde à vélo se construit. Si on n’y prenait garde, on pourrait même parler d’effervescence créative, ou chacun partage ses vidéos d’aventures cyclistes. Les plus classiques recherchent l’effort sur la longue distance, à l’instar de leur prédécesseurs de cyclisme de route. Ceux de la nouvelle vague cherchent à tirer de ces nouvelles tendances une meilleure connaissance du monde qui les entoure, et certains, presque mystique, voient toute une doctrine de vie dans la simplicité et le contact avec la nature que ces pratiques évoquent.

Benedict Wheeler, alias Ultra Romance

Benedict Wheeler, alias Ultra Romance

Benedict Wheeler, Ultra Romance de son surnom, appartient à cette dernière catégorie. Avec ses cheveux longs et sa barbe d’ermite, il paraitrait presque un illuminé pour les plus cyniques, et pourtant dégage une certaine profondeur, voire une sagesse, lorsqu’il parle de sa vision du vélo. Simplicité et réflection sont ses crédos, les coins reculés de la Nouvelle-Angleterre sont ses terrains de jeu privilégiés.   »Le vélo est une des seules inventions qui puisse réellement aider l’humanité, plutôt que de la faire avancer pour mieux reculer », philosophe-il. À croire qu’il s’agit d’une réincarnation sur roues de David Thoreau.

Attachant et inspirant, Ultraromance est l’un des quatre « aventuriers » choisis par Specialized Bicycles pour leur série dévoilée fin mars 2016: The Adventure Dispatch. Ultra Romance est le dernier des quatre aventuriers à être présenté avec la vidéo d’aujourd’hui, après celles de Ty Hathaway, Sarah Swallow, et Steve Fastbender. Sur les prochains mois, d’autres vidéos devraient suivre, mais cette fois-ci au-delà des frontières américaines, partout à travers le monde. Images de paysages inconnus, tutoriels de réparation de vélos ou d’orientation en bikepacking, le tout sous un format de petit documentaire digestes et agréables à regarder.

woods