Gravel bike

Le phénomène gravel bike

Cannondale a confirmé la tendance en lançant le mois dernier, le Slate, un gravel monté avec une lefty, le coup de génie pour certains,  l’opération marketing pour d’autres. Une chose est sûre, le développement de ces nouveaux vélos bat à plein régime, guidé par les ingénieurs de Specialized, Cannondale, et Felt. Mais que recouvre cette appellation et cette tendance autour du gravel bike  ?

Si l’on devait résumer, on dirait que le gravel est un vélo de route tout-terrain qui reprend aussi certaines caractéristiques des vélos de voyage et de cyclocross : passage de roue large pouvant accueillir des pneumatiques de 28 mm à 44 mm, pédalier placé assez bas pour assurer une meilleure stabilité dans les virages, et une posture sur le vélo proche du vélo de route. Les fabricants s’accordent à dire que le gravel bike s’inspire aussi du vélo de voyage, avec un comportement plus enclin au confort qu’à la nervosité, une parentée que l’on retrouve avec la possibilité d’ajouter des porte-bagages sur un gravel. Avec sa géométrie sportive inspirée du Roubaix, un cadre carbone, des freins à disques, et des pneus de 30mm, le Specialized Diverge est l’un des modèles emblématiques de cette nouvelle catégorie de vélo.

Au-delà de ces considérations techniques, avec les gravel bikes, les constructeurs américains espèrent bien segmenter davantage le marché du cyclisme à grand renforts de ludisme et de polyvalence. « Le gravel bike est avant tout une idée du vélo plus qu’un produit. Nous sommes très excités par les possiblités qu’offrent le gravel bike, avec un peu d’imagination, les sorties ne seront plus les mêmes »[1] s’enthousiasment les journalistes de Road Bike Action. En espérant, que ces nouveaux vélos ne favoriseront pas l’entre-soi de ceux qui en ont fait l’acquisition.


[1] Road Bike Action, The latest dirt on gravel bikes – July 2015

© Andy Bokanev

Equipements et accessoires Gravel sur Steel Cyclewear