Vittoria Qurano 46

Le graphène, mieux que le carbone ?

Découvert en 2003 par Andre Geim et Konstantin Novoselov,  tous deux prix Nobel de physique en 2010, le Graphène est un dérivé du carbone de 0,3 nanomètres d’épaisseur, 150 fois plus résistant que l’acier et 20 fois plus élastique, un composite qui pourrait bien révolutionner l’industrie du cycle.

C’est en tout cas ce que pense l’équipementier Vittoria qui vient de développer une paire de jantes en carbone et… en Graphène. Le résultat obtenu est assez édifiant. Sur le banc d’essai, les roues Vittoria Qurano 46 sont plus légères et résistantes que ses concurrentes n’ayant pas recours à ce composite. Les Vittoria pèsent 1,289g et sont commercialisées 1 669€, les Zipp 303 Firecrest Tubular 1,335g (2200€) et les Mavic Cosmic Carbone 40 Tubular, 1, 435 g pour 2100€. Un résultat obtenu en incorporant des particules de Graphène dans la résine de la jante. La marque assure que les Qurano 46 sont 30% plus rigides que ses rivales, et que les inserts des rayons sont aussi renforcés. Autre amélioration, le Graphène évacue mieux la chaleur, en particulier en cas de freinage prolongé.

Un résultat prometteur pour ce composite encore inconnu du grand public. « Le Graphène est tellement nouveau que sa commercialisation commence à peine. L’innovation ne fait que commencer » confie Rudie Campagne, le dirigeant de Vittoria.[1]



[1] Cyclist, The next carbon fibre, Max Glaskin – Issue 37