NARIFURI1

Narifuri – Interview

Steel Magazine #7

« Nari furi » est un mot composé japonais signifiant à la fois le comportement et la manière de s’habiller, « nari » faisant référence à un style vestimentaire et « Furi  » représentant la façon d’agir et les gestes d’une personne. Le jeune designer de 34 ans, Kazumasa Kobayashi est à l’origine de cette marque qu’il a lancée en 2007.
De nos jours, la mode et le vélo sont devenus deux mediums d’expression nécessaires dans nos vies. Les collections de narifuri sont fondées sur ces éléments qui sont devenus de plus en plus présents dans sociétés. Etre pointu et innovant est un défi dans une ville comme Tokyo ou tout change chaque jour.


Un an après le lancement de sa marque, Kazu a signé des collaborations avec Fred Perry et Bridgestone pour ensuite collaborer l’année dernière avec Disney et New Era.Toutes ses collaborations ont fait des émules et sont devenues de véritables succès.
Kazu a répondu à plusieurs de nos questions depuis sa boutique de Tokyo, dans laquelle il nous a accueilli dans une ambiance « cosy » éclairée d’un soleil d’hiver rasant à travers les baies vitrées du flagship et dans une atmosphère sonore de bruit étouffé du métro tokyoïte.

NARIFURI2

Kazu, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre rôle au sein de la marque ?

Je suis à l’origine du lancement de la marque narifuri, mon rôle est de diriger les produits de leurs fabrications à leurs mises en boutique.

Quelle a été votre expérience qui vous a permis de lancer votre propre marque?
J’ai étudié à la Fashion Business School de New York. J’y ai aussi travaillé en tant que vendeur pour une marque italienne, puis je suis rentré au japon. Par la suite j’ai été vendeur, j’ai évolué dans le marketing, la production et le management dans une entreprise de vêtements, pour enfin fonder narifuri en 2007. Qui fut d’ailleurs ma toute première expérience dans le domaine du design.

 

Qu’est ce que narifuri ?
En Japonais, c’est la manière de s’habiller et le comportement d’une personne. En Anglais ça donnerait « Fashion & doing something », donc « la mode en faisant quelque chose ». En effet nous mêlons mode et vélo dans nos créations. Narifuri représente en un mot, le vêtement pour la pratique du vélo.

 

Pourquoi avez vous décidé de créer des vêtements pour la pratique du vélo ?
A ce moment là, j’aimais faire du vélo, donc j’ai eu l’idée de créer la marque narifuri qui est basée sur le concept d’un vêtement à la fois confortable et adapté pour le déplacement à vélo. Avec cette idée je ne voulais pas non plus suivre les effets de mode qui changent tout le temps, et comme le fait de monter à vélo est quelque chose de quotidien pour beaucoup de gens, je voulais créer une marque sur le long terme. Quant au fait que j’aime faire du vélo cela m’a aussi donné l’opportunité de rencontrer beaucoup de gens. Je veux, à mon tour, transmettre aux autres la sensation de monter à vélo, car c’est un véhicule très amusant et que mon sens des valeurs a changé grâce à cela.

NARIFURI3

 

Entre le style et la fonctionnalité, lequel accordez vous le plus d’importance dans vos vêtements?
C’est une question que l’on me pose assez souvent, narifuri n’est pas une marque de vêtements de sport, ni un vêtement de mode en particulier. C’est un vêtement de mode comportant les fonctions d’un vêtement de sport.

 

Qu’est ce qui est essentiel pour vous lorsque vous créez un vêtement ?
Le plus important pour moi est d’équilibrer entre le style du vêtement et sa fonctionnalité. C’est très difficile de créer un équilibre pour aboutir à un vêtement à la fois stylé et fonctionnel. C’est ce qu’il y a de plus difficile en réalité, mais c’est aussi la partie la plus excitante de mon travail. Puis mon équipe et moi même accordons beaucoup d’importance au fait de créer des vêtements tout en s’amusant. Nous considérons que travailler dans un bon environnement fait naître de bonnes idées.

 

A part vos magasins officiels où pouvons nous trouver votre marque?
Vous pouvez trouver les vêtements de la marque narifuri dans les « select shops » (magasins de marques multiples) qui se situent dans toutes les grandes villes du Japon où dans les magasins liés au vélo et au cyclisme.
Les select shops vendent la marque narifuri en tant que vêtements « fashion » mais à la fois confortables et fonctionnels tandis que les magasins de cycles vendent nos créations comme étant des vêtements pratiques pour faire du vélo. Comme il n’y avait pas ce genre de concept auparavant, les enseignes qui vendent nos vêtements pensent que nos créations sont très intéressantes.

 

Jusqu’à maintenant vous avez eu plusieurs collaborations avec plusieurs types d’industries n’est-ce pas?
Plusieurs genres de boutiques vendent mes vêtements, mais l’âge de mes clients est très variable car les personnes faisant du vélo sont de plusieurs tranches d’âges. Donc cela regroupe plusieurs types de personnes et de magasins ce qui rend narifuri comme étant une marque pouvant avoir de très bonnes relations avec tout type d’entreprises afin de collaborer. Puis comme le vélo intéressait l’industrie de la mode, il a été considéré comme étant en mesure d’apporter quelque chose de à la fois amusant et intéressant.

 

Quels sont vos projets futurs?
Je vais continuer à faire des collaborations avec plusieurs entreprises, je vais créer des vestes style doudoune avec la marque sportive Descente. J’ai aussi d’autres projets avec la marque Lavenham et Star wars qui seront créés en tant que vêtements pour faire du vélo.

NARIFURI7

 

Maintenant vous concevez des vélos et vous avez même ouvert votre propre magasin de cycles n’est ce pas?

Ayant eu l’opportunité pour le 60ème anniversaire de Bridgestone Cycle de créer un vélo Helmz conçu par narifuri, nous voulions créer quelque chose qui n’avait jamais existé auparavant. Le concept était d’avoir l’air sophistiqué en roulant à vélo dans la rue, pas seulement être simple mais aussi avoir l’air stylé. Le projet était de rendre les gens heureux de vivre en ville avec leurs vélos. Donc nous avons ouvert la boutique de vélo Charifuri.

 

Aujourd’hui votre entreprise est implantée uniquement au Japon. Que pensez vous de développer votre marque à l’étranger?
Dès cette année, je vais assister à quelques expositions en commençant par New York. J’ai l’intention de me rendre à Paris et à Berlin. Ce challenge est très excitant.

 

Des personnes pensent que l’image de narifuri et Rapha se chevauchent, quelles sont les différences entre narifuri et Rapha?
Si les gens comparent narifuri et Rapha, c’est un honneur pour moi car Rapha est une excellente marque. Pour Rapha, faire du vélo est un sport, mais pour narifuri faire du vélo est un loisir et un moyen de transport. De ce fait ces deux points font que Rapha et narifuri sont deux marques différentes conçues avec deux idées distinctes.

NARIFURI4

 

Pourquoi faites vous du vélo ?
Parce que j’adore ça. Narifuri n’aurait pas pu exister sans le vélo.

 

Que représente le vélo pour vous ?
Le vélo représente une partie de ma vie. Pour moi faire du vélo et porter un vêtement sont les mêmes choses. Faire du vélo est devenu quelque chose de naturel au quotidien.

 

Qu’est ce que « steel » évoque pour vous ?
Je sens un sentiment de forte volonté.

 

La marque de Kazu est très appréciée et de plus en plus demandée au Japon. Grâce à son entreprise, son marketing, et sa stratégie de mêler la mode et la fonctionnalité dans ses créations, assimilée à son approche contemporaine d’adapter le vélo au quotidien, la marque tend à conquérir les cyclistes sensibles à la mode.

Ce style de vie à vélo ne devrait pas seulement exister à Tokyo, mais ase retrouver dans d’autres villes à travers le monde.