04-DEATH-In-BARCELONA-04

Zontrac Death in Barcelona

C’est Noël avant l’heure, le Disneyland des grands tricksers. Barcelone a été voté à la majorité absolue pour ce rendez-vous 100% urbain au look « Californeuropéen ». Destination des moins pénibles pour le p’tit monde du Fixed Style Fixed Gear, qui passe en mode reporters sans frontière sur les traces du BMX, lors de ce premier séjour sensations fortes. Photographes et vidéastes en sont témoins. L’architecture est démente, le son de Santos omniprésent. On ne se lasserait d’aucune rampe, d’aucun pan incliné. Escaliers, rails et gap sans en voir la fin, ça défile et ils ont toujours plus faim. Tout est propice au ride. Forum, Urquinoa, Magba, Poblenou, Mare Magnum, pour ne citer que ces pépites et ne pas vous en faire trop baver ; mais la liste de spots est encore longue, le kiffe a été grand.

En revanche, impossible de ne pas vous présenter celle de nos confrères ayant répondu présents, c’est frais, standing et universel : Les américains Ed « Wonka »,  Jacob «  Santos » et Nelson Bell sont des nôtres. Oscar Khan et Sol Smith portent le drapeau anglais. On compte aussi sur le portugais Ricardo Lino, et Ruben Bauer incarne l’Allemagne. Sans oublier les français Simon « Gomok » et Bastien Raoux… un tel événement ne fait pas sur le dos de la cuillère. Côté son et lumière, la technique est là aussi, ça respire le gros niveau. Ricardo Lino, fondateur de Zontrac, est venu accompagné de ses deux amis et photographes allemands Jason Sellers et Jan Guntermann, du londonien Greg Falski (SOFB Mag) ainsi que de Diogo Maymon, incorrigible local.

Ici, on ne prononce pas le mot jam, ni celui de contest. Ici on est dans l’opportunité, dans l’occasion et l’aventure, à vous la parole. Sponsoring 0, aller, évoquons la spontanéité. Chacun a payé de sa poche et chacun était à fond, contribuant au beau poids de l’événement. 5/6 en revanche, c’est le nombre de jours où l’eau est tombée en radée. Mais dealer avec la météo, rien de bien méchant pour ce banc de poissons avançant en eaux troubles et tentant le tout pour le tout au moyen d’un leadership inexistant. L’uniformisation, autant nos hommes ne s’y sont pas trop attardés, mais niveau shape de cadres, la standardisation est évidente : les voici bien plus compacts, des boitiers de pédaliers négatifs, etc (liste de matos). On y retrouve les Grime GOAT d’Edet de Ricardo, le Radio Boumtrack de Simon, les 14Bike ESB d’Oscar et de Sol, Le LDG Hammer de Santos, deux BB17 Charmer et un Unknown V2. En faisant le compte, on sent que ça se bouge bien dans l’industrie xsignées. De retour à la petite auberge du Gothico, le quotidien redevient train-train. Les vélos sont bien rangés, trônant dans l’entrée, limite par ordre de spécialité : flat, grind, gaps… chacun son modèle pro. Des joujoux résistants, plutôt bolides que bijoux, chacun s’en est donné à cœur joie. Un pied, un pouce niveau casse, pas mal de bleus pour la couleur !

Texte : Marc Sich & Hélène Tournesac
Photos : Marc Sich
Publié dans STEEL 04