MINI-DROME3

Red Bull Minidrome

Rien que d’y repenser, j’en ai presque le tournis. Une mini-piste de vélodrome ovale, des virages 45° et deux droites. Vertige et testostérone ont marqué nos sens ce 10 décembre 2011 dernier à l’occasion de la première édition Paris du Red Bull Mini Drome.

150 coureurs aux qualifications et 32 d’entre eux, les plus rapides sur dix tours, ont pu se pavaner d’un accès privilégié à l’épreuve finale : la course poursuite en un contre un. L’intensité était déjà bien présente, l’ivresse de la vitesse faisait perdre les têtes.  Mais quand l’odeur de la victoire s’est faite pesante, la folie est devenue omniprésente. Ils s’en sont tous sortis sains et saufs, mais parmi ce vaste pool des camés du ride, trois magiciens se sont distingués de la masse par leur performance inouïe : Ricky Crompton, Tom Alsberg & Janis Savckis.

“J’ai vraiment apprécié le Mini Drôme, la variété de riders était dingue et l’ambiance vraiment bon enfant. L’endroit était parfait, avec cette vue plongeante depuis les balcons…” Ricky Crompton, ci-dessous.

Janis Savckis

Tom Alsberg

Ci-dessous, quelques riders émérites, qualifiés pour la finale.

Et le garçon n’a pas tort. Le cadre était plus qu’exceptionnel puisque c’est à la Cigale que les artistes du ride fixy ont performé. Offrant une vue plongeante sur le show, cet ancien théâtre, carrefour parisien blottit entre Pigalle et les Abbesses, ne pouvait pas être mieux choisi pour que se déroule l’action.

Et quelle action ! Steel est sacrément fier d’avoir soutenu l’événement au premier plan et d’avoir participé activement à sa campagne de communication. Une fois l’info lâchée sur le forum pignonfixe.com, le net s’est vu inondé par l’intermédiaire des blogs spécialisés français. Parmi les nombreux partenaires, le magasin parisien Cyclope avait, pour l’occasion, mis à disposition un stand mécanique incontournable.

The press coverage was outstanding and I was really impressed by the amount of cameras there and by the fact that it was live streamed. I also loved how lively and enthusiastic the crowd was. Music was good and fitted well with the lighting effects. All in all it was a great event! I hope it will be back in Paris for 2012.” Ricky Crompton

Climat froid pour une ambiance chaleureuse, le succès a été tonitruant pour cette première édition française du Red Bull Mini Drome. Et pour la  petite histoire, rappelons que Red Bull Mini Drome n’est pas bien vieux. C’est le 10 avril 2010 à Auckland en Nouvelle-Zélande que tout a commencé. Aucune piste de ce format n’avait jusque là été pensée. Le 15 janvier dernier à Londres, la deuxième piste était montée. Une date incontournable dans l’histoire du Mini Drome, puisqu’on parlait alors pour la première fois d’un concept à échelle mondiale. Depuis, de nombreux pays ont rejoint le mouvement, espérant eux aussi faire découvrir aux plus casse-cous cette course sans limite.

On les aura tous assez prévenus, le Red Bull Mini Drome n’est pas l’événement le plus safe de l’année. On leur a recommandé le port du casque et la course équipée léger, et apparemment, on a bien fait.

Loin de moi l’envie de faire l’éloge de la marque aux deux taureaux, mais comment critiquer autrement que « bien »  l’organisation d’un tel event permettant aux riders internationaux de se rassembler, de jouer et de prendre un malin plaisir à surenchérir dans la bataille.

Texte : Marc Sich et Hélène Tournesac / Photographie : Hadrien Ricard & Vincent Curutchet – Red Bull Content Pool