barcelone_02

Barcelone – City Report

Pour ce city report de Barcelone, commençons par une brève leçon d’histoire, je te donnerai ensuite la base de tes bons plans.Vélo, moto, fourgo(nette), l’entreprise Trevol, fondée en 1984, avait commencé en 1995 à envoyer ses coursiers à 2 ou 4 roues dans les rues de Barcelone. Entreprise pionnière, Trevol a toujours prôné sa sensibilité écologique. Tandis que le bien aimé Fran de la Bicicleteria peut aujourd’hui témoigner de son expérience de 3 ans chez Trevol, Sergio lui, quand il ne cuisine pas pour nos précieux tournois de polo, y travaille et ce, depuis 8 ans !
Vers 2003-2003, ont débarqué Dirk (NL), Maru (NL) et Steven (BE). Le trio très cosmopolite s’est investi alors dans un projet commun, celui de monter la première «bici messagerie» de Barcelone envoyant des coursiers en pignon fixe. Viendront ensuite se greffer Dave (el chico de Millwaukee) et scott (CA). On leur doit d’ailleurs les premières Alleycats de Barça, ces courses urbaines nocturnes particulièrement fréquentées par les coursiers à vélo, sans oublier le mythique «Paradise Week-End» réunissant tous les coursiers des plus grandes villes d’Europe (Londres, Amsterdam, Berlin, Dublin…).
Il y a 4 ans, Dirk et Manu ont décidé de faire un bout de chemin à deux quittant Pedal. I-Mesagejos a vu alors le jour. Aujourd’hui les deux entreprises se portent bien, RAS côté phénomène de mode, les 20 coursiers barcelonais roulent quotidiennement.

J’évoquais tout à l’heure la Bicicleteria… Mais finalement qu’est-ce que c’est ? Le shop sud-américain (avec Fran et Juan) où tu trouves pas mal de merveilles à l’ancienne, des pièces rares, des trucs un peu incroyables. Tu peux aussi aller checker les stocks de Beautiful Parking, ambiance sympa et jeunesse motivée assurée. Pour ma part, je travaille à l’Espaibici et chez nous tu dois savoir qu’on a été les premiers à vendre des moyeux de pignon fixe et qu’on propose tout le matériel BLB imaginable. Puis, si ton dada c’est aussi la sape, je te conseille de faire un tour à la Cream, un endroit parfait pour acheter des tee-shirts phosfo et des aérospokes. Tu sais ce que c’est un Fakengers ? Vraiment va y faire un tour et tu sauras pourquoi les hypsters à vélo on les appelle comme ça !
NB. Un truc sympa à faire au moins une fois le premier vendredi de chaque mois c’est la Masa Critica, c’est fun, c’est ambiancé et ça te fait ta soirée.
Et qu’en est-il du Bike Polo à Barcelone ? Rendez-vous coin Diagonal et Marina pour le savoir… ça se passe dans un petit parc, à l’Aspirina, ça a son charme, à faire aussi.

Toi qui a envie de rouler dans les endroits les plus stylés et de t’en mettre plein la vue, tu dois absolument passer par la plage ; et pour ça, il ne faut pas que tu ai peur du touriste, que tu aimes le slalom et que tu ai une bonne crème solaire. Ensuite, il y a la montagne de Tibidabo et sa Ruta de las aguas, genre de route forestière avec vue imprenable sur la ville. Vas y en MTB ou cyclocross, c’est bien plus agréable. Montjuic aussi est à faire, cette immense colline à flan de Barcelone qui érige son magnifique château XVIIIe, surprenant.

Ce soir va rejoindre les tiens et vous comprendrez alors pourquoi il n’y a pas «un» bar pour vous unir, vous fixejos. Barcelone est l’une des villes comptant le plus grand nombre de bars au mètre carré… vous avez le choix, et quel choix ! Un petit conseil quand même, acheter une bière à un «paki» c’est la base, et se la boire à l’Arco de triumfo, classique aussi… Avec ça, ton séjour à Barça tu n’oublieras.

Photos : Cédric Viollet
Texte : Xavier Paon
Publié dans STEEL 02