Rude waterzooi – Tattoo Artist

Il partageait son temps entre dessin et skateboard, sans être vraiment fixé sur son avenir, il vivait en Belgique depuis toujours… (1973) et avait finalement pris la direction de Bruxelles pour une école d’illustration. De fil en aiguilles, son univers l’a mené à découvrir l’univers du tatouage, puis à gentiment pratiquer. Et puis un jour il a débarqué à Paris le petit Rudy, c’était au début des années 2000.

Sans trop se poser de questions il se rend rapidement chez le grand Tintin, As du tattoo parisien. Et puis c’est pas compliqué, le grand chef a pris mister Rudy sous son aile. Pendant 5 ans, ils exercent ensembles, les lacunes s’évanouissent et le petit belge prend finalement son envol, décidant un beau jour de partir à la conquête de son propre studio.

Jeudi 9h30, dehors tout est beau, tout est calme et je me dirige vers un petit café non loin de l’appartement de Rudy. Au programme journée pot-de-colle ; je suis chanceux, je lui ai décroché un entretien et je veux tout savoir, tout voir, j’ai une journée. Deux-trois coups de pédales plus tard, Rudy ouvre la grille du 23 rue Keller dans le 11ème. A l’intérieur, les cadres s’accumulent et autant d’illustrations, pour la plupart animalières, me feraient presque tourner la tête.

On a à peine investi les lieux que déjà Rudy se lance dans de nouveaux modèles, je dois suivre, le rythme est soutenu. Puis les clients débarquent : 11h30-20h, journée plutôt relax (!) pour le Rudy, qui pique et repique avec frénésie et quelques pauses détente pour cadencer le tout.

Mais pendant ce temps-là, il pense à quoi notre ami ? À rien d’autre qu’à sa petite fille chérie, qu’il va retrouver après cette artistique journée, balade VTT accompagné, siège enfant confortablement installé à l’avant.

Texte & photos : Cédric Viollet
Publié dans STEEL 02