Scrapertown

J’avais entendu parler des “scraper bikes” (les vélos ferrailles) en 2009. Le roi de la ferraille est un sacré numéro.
Il faut voir ses clips pour piger à quel point ils sont terribles. Pas de tricks mais des super looks. L’attitude est personnifiée par les «règles» : il faut habiter Oakland, Californie. Avoir au moins 7 ans. Avoir la moyenne générale. Créer son propre scraper bike… (Il faut qu’il soit incroyable, sinon tu n’as pas le droit de rouler.) Rider en file indienne. Après 10 rides, le «Scraper Bike King» et ses capitaines décideront si ton vélo est à la hauteur, et si tu peux suivre des règles simples.
Que l’on donne à cet homme un bike shop ! Ce qui aurait pu n’être qu’un feu de paille, continue encore et encore, et je crois que je voudrais changer ma belle monture en scraper bike pour mon étable. Bien sûr, ça ne sera jamais pour de vrai, vu que je ne suis pas d’Oakland.
Brendan McNamee