London Tweed run

Réservé aux nostalgiques du temps où le vélo s’appelait bicyclette…

Tout a commencé en décembre 2008 par des coupons de tweed de seconde main, achetés par Ted Young-Ing à Glasgow. Ce Britannique élégant veut faire rimer tweed et bicyclette. « Bon, je ressemblais un peu trop au garçon de la pub pour le Hovis Bread… C’était un peu trop, mais j’avais acheté ce tweed… je trouverais bien une occasion de le porter…” Quelques bières plus tard, avec quelques amis, l’idée est trouvée : une course à bicyclette dans la capitale anglaise. Gore-Tex forbidden, tweed welcome… ”Je pensais que nous serions cinq ou six amis… La première année, nous étions 150 ! ».
Et c’est ainsi que, chaque année, au Printemps, les rues de Londres voient rouler costumes trois-pièces, knickers, belles moustaches et chignons soignés (pour le Prix de l’élégance et de la plus belle moustache), juchés sur des randonneuses, porteurs, vélos de course et même Grands-Bis (pour le Prix du plus beau vintage). Les vélos modernes sont acceptés, pourvus qu’ils soient bien décorés. Et comme nous sommes chez les Anglais, il s’agit d’une charity : une partie des bénéfices est versé à Bikes4Africa qui travaille en Gambie. “Les vélos sont réparés par des prisonniers anglais. Ils sont loués, avec kit d’entretien et de réparation, aux élèves et étudiants qui vivent souvent très loin de leur école ou université. »
Les sponsors sont là : Brooks, Pashley, qui édite un modèle Clubman Country special Tweed Run, Rapha, le parfumeur Geo. F. Trumpers, Aubin&Wills , Huntsman, célèbre tailleur de Savile Row. L’élégance, de A à Z.

Note : La version new yorkaise a lieu en octobre. La version tokioïte prévue pour l’automne prochain est pour l’instant annulée.

Photo : © Joe McGorty